Bienvenue sur divorce-revivre.be

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

La communion et les personnes divorcées

Envoyer Imprimer PDF

La communion et les personnes divorcées

Qu'est-ce qu'obéir à une loi d'Eglise?

En 1987, les évêques de Belgique publiaient le «Livre de la foi» dans lequel ils traitaient des lois d'Eglise et de la conscience. Ils écrivaient notamment ceci: «La loi fait de nous des êtres libres en nous libérant de l'égocentrisme. C'est dans ce contexte que chacun peut décider en connais­sance de cause et en conscience si la loi s'applique dans tel­le situation concrète de sa vie. La loi ne supprime donc pas la liberté personnelle.» (Page 167).

 A la page précédente, ils notaient: «S'il est vrai que chacun doit suivre sa conscience, chacun est tenu en conscience de s'informer afin de ne pas agir à l'aveuglette (…) Suivre sa conscience, c'est découvrir les profondes exigences de la vie personnelle et de la vocation et les assumer personnelle­ment.» Suivaient des conseils pour former sa conscience, comme se mettre à l'écoute de la Parole de Dieu, de la com­munauté ecclésiale et de la communauté humaine, étudier tous les aspects d'un problème, sans préjugé ni œillères, prier, demander conseil, etc.

Une conclusion évidente

Suivre sa conscience n'est donc en rien n'écouter que ses caprices. Pour le chrétien, c'est agir selon ce qu'il croit que, dans telle circonstance, Dieu attend de lui. Sachant qu'un jour, pour y arriver, il lui faudra trancher, ou décider de suivre telle loi ou décider de la transgresser. Avec cette éventualité, qui ne facilite pas les choses, que l'un peut très bien «en conscience» observer telle loi tandis que l'autre toujours «en conscience» peut très bien la transgresser! Ce qui est com­mun aux deux c'est l'essentiel: écouter leur conscience.

Il va de soi que les lois (de la société et de l'Eglise) sont im­portantes et que nous devons essayer de nous y conformer. Mais l'autorité de l'Eglise affirme donc, et cela depuis ses origines, qu'au-dessus de ses lois, il y a la conscience et que quand il y a conflit entre les deux, c'est la conscience qu'il faut suivre. Ajoutant : même si la conscience se trompe.

Taizé

Dans ce haut lieu si rayonnant du christianisme, il y a trois temps de prière par jour, d'environ 45 minutes chacun. Au temps de prière du matin, qui n'est pas une messe, les frères donnent chaque jour la communion sous les deux espèces. Dans les rencontres qu'ils ont avec les participants, jeunes et «moins jeunes», ils précisent leur position à ce sujet: «Oui, chaque matin, nous offrons la communion eucharistique et nous vous invitons toutes et tous à la recevoir si cela a du sens pour vous.» Si cela a du sens pour vous! N'est-ce pas l'essentiel?

Henri Weber

« Dimanche » n°14 du 6 avril 2008

Mis à jour ( Samedi, 17 Janvier 2009 20:54 )